Les réserves de la BCE accueillent des yuans pour la première fois

La monnaie chinoise s’imposerait-elle sur le marché européen ? Le mardi 13 juin 2017, la Banque centrale européenne (BCE) annonçait avoir échangé une partie de ses réserves en dollars contre des yuans.

Selon des statistiques récentes, les réserves de change de l’institution monétaire européenne s’élevaient à plus de 68 milliards d’euros à la fin du mois d’avril, et comprenaient 47,7 milliards d’euros en monnaie étrangère (ainsi que l’équivalent de 18,8 milliards d’euros en or). Les chiffres officiels de la BCE, quant à eux, sont publiés annuellement : le bilan 2016 faisait état de 41,7 milliards d’euros en dollars et de 8,8 milliards d’euros en yens.

Comme l’indique le communiqué de la BCE, ce sont des dollars qui ont été échangés, pour un « investissement équivalent à 500 millions d’euros de ses réserves étrangères en renminbi » (synonyme de yuan).

La monnaie chinoise, devise d’avenir ?

Cet investissement de la Banque centrale européenne en dit long sur l’importance croissante du yuan sur la scène des échanges internationaux.

La BCE elle-même souligne cette montée en puissance de la monnaie chinoise : « L’investissement de la BCE reflète également l’importance de la Chine pour la zone euro, dont c’est l’un des plus grands partenaires commerciaux. »

Cependant, malgré l’introduction du yuan au sein des réserves de la banque européenne, le montant total de ses avoirs en devises étrangères reste inchangé. Le dollar ne semble pas non plus directement menacé par la monnaie chinoise, puisqu’il continue de constituer le portefeuille de réserves de change le plus important de l’institution monétaire, avec les yens et les droits de tirage spéciaux du FMI.